Hysope

3 rue de Sévigné Villemomble

contact@hysope-tissus.fr

ou 06 63 51 90 32


1 2

Eponge et micro-éponge de bambou

30/08/2021

Eponge et micro-éponge de bambou

 

 

  Mon petit plaisir lorsque je part en vacances, c’est de découvrir des artistes, des créateurs-trices, donc cette année, j’ai fait des marchés nocturnes, des marchés matinaux et je suis allée voir des lieux ou de nombreux artistes se réunissent.

  Ce petit plaisir même si il ne dure que quelques minutes, me rempli de satisfaction. Cet été, j’ai croisé une demi douzaine de créatrice d’accessoires « zéro déchet ». C’est signe que la demande se développe et que les gens prennent vraiment conscience que les choses doivent changer.
  Par contre toutes les créatrices que j’ai croisé utilisaient de l’éponge de bambou, voire même de l’éponge polycoton, et là il y a un non-sens…

 

 

Explications :

 

  Je vous explique, l’éponge de bambou est faite à base de bambou on est d’accord, sur ce sujet là, les fabricants ou revendeurs de tissus ne vous mentent pas car c’est « vendeur » donc on le clame haut et fort. 
  Le problème, c’est lorsque l’on va vous dire aussi que c’est écologique, et si c’était le cas l’éponge de bambou pourrait être certifiée GOTS soyez en sur, et cela n’arrive que rarement pourquoi ? Il existe plusieurs process de fabrication mais celui qui est utilisé dans 99 % des cas n’est pas propre, il est rempli de produits toxiques….
  Les revendeurs de tissus sont souvent très mal informés et ne connaissent pas vraiment les process de fabrication de certains produits, il faut dire qu’il est difficile de tout connaître à moins d’être ingénieur textile, et puis il y a ceux qui ne racontent pas tout, car certaines choses deviennent de moins en moins « vendeur ».

 

Le process de fabrication :

 

  Le bambou a été choisi car il pousse vite et sans ajout de pesticide, avec juste un peu d’engrais au moment de la mise en terre, cette plante demande un arrosage régulier, car les bambous aiment un sol humide. Il est très souvent cultivé en Asie.

 

 

  On cultive du bambou souvent sur des parcelles de forets, donc cela implique hélas couramment de la déforestation…  

Et ensuite on peut prétendre que l'on ne déforeste pas car on l'a fait il y a une dizaine d'année, mais maintenant on a nos parcelles...

  Le bambou est cultivé en monoculture, comme le coton vous me direz, le lin et le chanvre, c’est vrai, mais la faune d’un champ de coton regroupe essentiellement des insectes hors sol et des insectes de sous-sol, par contre dans un champ de bambou il y a des mammifères, petits et gros car le bambou pousse vraiment très vite et devient rapidement un habitat pour les oiseaux, les singes, les pandas dans certaines régions d’Asie, les rats et autres petites bêtes... LA faune y est vraiment très développée, sachant qu'elle se situe souvent très près des forets restantes.
  Et surtout lorsque les bambous sont coupés, c’est en une fois et sur plusieurs hectares, donc ce qui était un habitat pour la faune devient en quelques heures un « désert » et de nombreux animaux perdent leur habitat quand ils ne sont pas tués par la coupe des bambous.

 

 

  Le bambou est un matériau qui est utile à bien des choses, il faut savoir qu’en Asie les échafaudages sont fait avec des bambous car ils sont souples mais très résistants et bien plus légers de l’acier, mais pour la fibre textile lorsqu’il est exploité de manière « non chimique » les fibres obtenues sont rêches, assez rigides et même plus cassante que des fibres de coton, de lin ou de chanvre, et pour ajouter à cela c’est très coûteux à produire.

 

 

  Donc les industriels boudent ces fibres naturelles qui ont des propriétés anti-septique démontrées et ils préfèrent le bambou sous une autre forme, celle ou il devient doux et soyeux, et vraiment très peu cher à la production il est donc plus vendeur...
  Mais c’est surtout un autre type de fibre, plus du tout une fibre naturelle mais une fibre dite artificielle, celle que l’on appelle viscose. Et oui 99 % des tissus que l’on trouve fabriqués à base de bambou sont de la viscose de bambou ou de la rayonne de bambou, fabriqués suivant le process ci-dessous :

 


  C’est un process totalement chimique, avec des produits polluants qui ne sont pas recyclés, et qui sont toxiques pour l’environnement et pour les hommes.

 

   1 - La première étape pour la fabrication d’une fibre de bambou est de broyer les tiges, pour en extraire la cellulose, là on ne recherche pas une fibre dans le bambou mais une matière première en poudre.
Les liquides générés en excès sont écartés (recyclés ? Jetés? Enterrés?), puis on dé-polymère la cellulose avec du disulfure de carbone (1), sous sont petit nom CS2, on obtient alors du xanthate de cellulose, il faut savoir que l’exposition au disulfure de carbone provoque des problèmes neurologiques, des problèmes de peau et cela agit sur la fécondité des hommes et femmes qui travaillent avec ce produit toxique.
  Ce procédé consiste donc à faire gonfler la cellulose et d’écarter les fibres de bambou, pour obtenir une poudre à retransformer.

 

 

    2 - Puis toute cette cellulose est placée dans de la soude caustique, sous son petit nom bien plus joli Hydroxyde de Sodium (2), NaOH, « c’est un produit irritant, corrosif pour la peau, les yeux et les voies respiratoires et digestives ». Elle ne doit pas aller dans les eaux usées car elle provoque une augmentation du pH de l’eau, ce qui détruit la faune et la flore des cours d’eau. 
  Cela conduit au dégagement de fumée d’oxyde de Sodium (3) ce qui peut provoquer des brûlures graves au niveau des yeux et des muqueuses respiratoires lorsque les gens ne sont pas protégés ce qui est le cas pour la plupart des pays pauvres (Chine, Inde, Bangladesh etc...) dans lesquels sont fabriqués les différentes viscoses que l’on porte. 
  On obtient alors un produit visqueux qui est la base de la viscose.

 

 

   3 – Ensuite vient la phase de modelage de la fibre, on fait passer le liquide visqueux à travers une plaque avec une multitudes de trous puis trempé dans un bain avec de l’acide sulfurique (4) (H2SO4) ce qui permet de former un fil infiniment long et très régulier. 
  Ce qui est idéal pour un tisseur ou un tricoteur, car c’est un fil facile à travailler sur lequel on ne doit pas faire de nœud et sur lequel il n’y a pas de défaut.
  Je vais vous parler de la toxicité de l’acide sulfurique sinon je ne ferais pas mon job jusqu’au bout, c’est un acide qui provoque des brûlures sévères des voies respiratoires lorsqu’il est respiré mais il brûle sévèrement aussi la peau… 
  Bref finalement c’est tout plein de produits toxiques bien sympathiques, vous ne trouvez pas ?
  Le bilan écologique de ce genre de matière est catastrophique…

 

   Alors voilà :

 

  Alors vous comprendrez que lorsque je vois une créatrice proposer des produits zéro déchet, qui sont fabriqués avec des tissus qui sont aussi polluants et néfastes pour les hommes et la planète, je trouve que c’est un non sens…

  Car imaginez que vous vous démaquillez avec ce tissu ou qu'il est au contact de votre peau quand vous vous essuyez après votre douche, dans vos culottes, ou lorsque vous portez votre magnifique chemisier acheté à un certain prix ou cousu main dans un tissu qui fait fureur sur le net...

  Sachez que certains de ces produits chimiques restent en micro-particules dans les tissus, et peuvent ainsi se retrouver au contact de notre peau…

  Notre transpiration réagit avec les tissus que l'on porte et est capable d'aider au transfert de certaines molécules chimiques à passer sous notre peau et à aller dans notre sang...

 


 Je fais quelques lignes sur le poly-coton, c’est un mot que l’on entend de plus en plus, ce ne sont pas plusieurs coton mélangés, comme pourrait le laisser entendre l’éthimologie du mot, mais c’est un mélange de polyester et de coton.        

  Donc faire du zéro déchet avec du polyester qui va au fur et à mesure des lavages déverser des microparticules dans les eaux usées puis dans la mer…. Et qui finiront d'une façon ou d'une autre dans nos assiettes...
Encore un non-sens pour moi…

 

  Alors vous en pensez quoi, vous allez mettre sur votre peau de la viscose, sur la peau de vos enfants ?

  Alors oui souvent la viscose peut même être certifiée Oekotex 100, mais bon cela ne veut pas dire quand chose lorsque l’on fait autant de dégâts avant le tissage ou le tricotage.

  Avez vous déjà eu des petits boutons sur le torse ou les bras qui partent sans trop d’explication ? C’est arrivé à mon fils, à cause d’un tee-shirt Oekotex, même lavé plusieurs fois cela lui faisait toujours des boutons à chaque fois qu’il le portait…
 Bref je ne vais pas vous raconter ma vie, mais méfiez vous de ce que vous portez de la même façon que vous vous méfiez de ce que vous mangez... C'est la même chose...

 

  En France aussi on fabrique de la viscose et les gens qui y travaillent portent des protections (EPI) en fonction des risques de production. Mais il se passe quoi avec les restes de soude et de gazs émis par les différentes réactions chimiques ? 
  On filtre, on dépollue oui c’est vrai, en France c'est bien mieux qu'en Inde ou qu'en Chine, mais il en reste et que fait-on avec le « reste » ? La société Lenzing parle de recyclage de 99 % des produits chimiques toxiques (7). Donc si on a 100 tonnes de déchets et qu’il y a 1 % que l’on ne peut pas recycler, on a quand même un problème avec la tonne qu’il reste… non?
  Ils ont alors plusieurs solutions, soit ils le revendent à quelqu’un qui peut en faire quelque chose ( si vraiment on peut faire quelque chose de ce genre de déchets), et sinon ils le mettent dans un container et ils l’enterrent (et c'est bien moins cher)… Oui voilà, et ce sera pour les générations suivantes, sauf si les bidons percent et que les déchets de déversent dans le sol, puis dans les nappes phréatiques… voilà, voilà...

 

 

  Alors quand vous lisez « bambou » sur une étiquette et que le produit est doux, trèèèès doux, méfiance…
  Donc si vous achetez du bambou, sous forme de tissu genre popeline ou sous forme d’éponge, voire même de micro-éponge méfiez-vous, car en plus de n’être pas du tout écologique la viscose de bambou est souvent mélangée à du polyester ou du coton comme c'est le cas sur les étiquettes plus haut, car la viscose de bambou ne se tient pas assez pour faire une éponge ou une micro éponge de qualité.

 

 

  Petites choses à lire pour confirmer ce que je viens de dire ou/et même pour aller plus loin :

(1) https://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_12
(2) https://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_20
(3) https://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_20
(4) https://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_30
(5) Extrait de https://www.consoglobe.com/les-vetements-en-bambou-sont-ils-vraiment-ecologiques-cg/2
(6) Site Global Of Standart
(7) Lenzing 99 % de produits toxiques recyclés
(8) https://www.thegoodgoods.fr/
(9) Une petite video aussi : https://www.youtube.com/watch?v=5QFOnZ3TLHQ&t=117s

 

 

 

  Merci d'être arrivé au bout de ce pavé!  J'espère que cela vous aura un peu aidé à y voir plus clair dans cet obscur domaine qu'est le monde du textile...

 

 

 

Le calendrier de l'avent

29/10/2020

Le calendrier de l'avent

Et si on se faisait notre petit calendrier de l'avent?

 

 

 

On aime tous les calendriers de l'avent, même si pour beaucoup d'entre nous cela remonte à notre enfance... Depuis quelques années je fais les calendriers de l'avent de mes enfants, puis j'en ai fait un à mon époux et enfin à mes propres parents!

Peu importe ce qu'il a y dedans un petit chocolat, une place de cinéma... ce qui est plaisant c'est d'avoir une petite surprise chaque jour... Enfin ça, c'est la première fois, la première année, après on se pose un peu plus de question face à l'abondance, un cadeau tous les jours ça peut revenir cher mais eau final, ça sert à quoi si on n'utilise pas chaque cadeau, ou si il n'y a pas une finalité à tout cela?

 

J'avais vraiment envie de faire un calendrier de l'avent chez Hysope, car on fait souvent de la couture pour les autres et moins pour nous, encore plus lorsque l'on est maman., mais pas un calendrier de l'avent avec de gadgets, ou des choses qui ne sont utiles qu'un moment.

Donc l'idée d'un calendrier Zéro Déchet avec pour objectif des accessoires qui vont servir dans la maison, dans la sale de bain, en déplacement, en vacances etc... Et en même temps c'est l’occasion de vous faire découvrir certaines choses qui ne sont quelques fois pas à portée  de main ou qui semblent très compliquées!

 

Alors je vous propose de vous fabriquer vous-même votre propre support de calendrier de l'avent!

 

 

Trouvez ci-dessous la liste des fournitures:

  • Une branche plutôt sèche, et sinon il faut la faire sécher sur un radiateur.
  • Des feuilles d'arbres, c'est la saison, car en octobre on en trouve partout par terre de toutes les couleurs, profitez de vos ballades ( courses, promenade du chien ou même footing etc...)
  • Des ficelles de différentes tailles, de la ficelle de cuisine, des restes de rubans, des reste d'emballages  ( le ruban que je mets autour des tissus lorsqu'il y en a plusieurs peut servir à cela)
  • Des trombones, des pinces à linge, ou des pinces à dessins, il en existe de toutes les couleurs

 

 

Voilà généralement nous pouvons nous procurer ces fournitures sans rien acheter, juste en prenant l'air!

Et vous voilà à faire du bricolage écolo sans produit nocif car pas de colle, et uniquement des produits naturels ou de récupération ( de upcycling).

Alors c'est parti vous fixez une ficelle d'un bout à l'autre de la branche, euh coupez la si elle fait plus de 50cm car après ça fait vraiment long...

Vous laissez aller votre imagination, et vous fixez les autres ficelles suivant vos envies ce sera joli de toute façon donc prenez plaisir à ce que vous faites!

Faites juste attention à placer les nœuds toujours du même coté de la branche pour qu'ils soient face au mur.

 

 

Accrochez votre branche à un mur afin de vous rendre compte de que cela donne et modifiez à votre guise!

 

Accrochez y des feuilles que vous aurez fait sécher avant entre deux pages d'un livre ou entre deux torchons, car si vous les placez telles quelles, elles risquent de rouler sur elles-mêmes et on ne verra pas leurs belles couleurs.

Pour les accroches vous pouvez utiliser tous ce que vous avez chez vous, des pinces à linge en bois brut, ou peintes avec des motifs de noël, des trombones, des agrafes, bref ce que vous avez chez vous!

 

 

Même si on n'a pas de jolies pinces de Noël, avec des trombones c'est discret et ça fait très sympa! Et on peut même aussi les agrafer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà il ne vous reste plus qu'à accrocher toutes les petites enveloppes, sachets pour un calendrier utile!

 

Bon bricolage et bonne découverte!

Christelle

 

Calendrier de l'avent Hysope tissus 50Euros

 

 

35 Questions/réponses sur les masques!

08/05/2020

35 Questions/réponses sur les masques!

J'ai eu tellement de questions sur les masques suite à mon dernier article, que je pense quelques explications sont nécessaires !

 

Tissus :

 

Est-ce que je peux utiliser n'importe quel tissu ?

=> En théorie on peut utiliser n'importe quel tissu mais en pratique si l'on ne veut pas respirer des particules nocives pour la santé il faut faire attention ! Faire attention aux tissus synthétiques, car on peut respirer des particules de plastique et ensuite elles vont dans nos poumons. Il faut faire attention aux cotons classiques car ils peuvent contenir des pesticides, des fongicides et même des métaux lourds qui sont dans certaines teintures.

 

Avec quel tissu dois-je faire mon masque?

=> Alors c'est une question compliqué, je vais vous renvoyer vers mon article sur le blog ici. L'idéal est de trouver quelqu'un qui a fait tester ses tissus et qui a mis le rapport DGA en accès libre afin que vous sachiez exactement quels sont les taux de filtration du tissu et en quelles épaisseurs. (A venir chez Hysope ! lorsque j'aurais reçu les rapports de la DGA)

 

Un tissu d’ameublement est -il efficace ?

=> Les tissus d'ameublement sont bien souvent des tissus épais qui ne se prêtent pas vraiment à respirer au travers, et pour les plus fins il faut faire attention à leur composition...

 

Un tissu recyclé peut -il être efficace pour faire des masques ?

=> L'inconvénient avec un tissu recyclé c'est que l'on ne connaît pas sa composition, mais après si on est sûr qu'il n'y a pas de produit toxique on peut très bien l'utiliser pour se faire un masque pour aller faire ses courses, mais pas si on est en contact proche avec d'autres personnes, car il faut à ce moment-là un masque dont on est certain de la filtration.

 

Est-ce que je peux broder mon masque ?

=> Si on brode son masque on crée des petits trous dans le tissu, et donc si jamais vous voulez quelque chose de très performant pour aller dans les transports, au contact des gens, ou pour rester longtemps dans la même pièce que d'autres personnes, je pense que c'est une très mauvaise idée. Après si c'est juste pour vous promener dans la nature, dans la rue ou pour aller vite fait faire vos courses, il arrêtera tout de même vos postillons et c'est l'essentiel !

 

Est ce que je peux le teindre? ou faire des dessins dessus ?

=> Si vous choisissez une teinture à base de plante (avocat, peaux d'oignons etc...) il n'y a pas de problème, mais si vous utilisez une teinture avec des produits chimiques ou une peinture qui risque de changer la tenue/structure des fils et du coup les propriétés filtrantes du tissu.

 

Est ce que je peux faire un patchwork de tissus pour faire mon masque ?

=> Alors comme pour la broderie, faire du patchwork de tissus génère des coutures et donc des passages d'air, donc ce n'est pas possible pour un masque qui doit être très filtrant, pour les personnes qui vont être au contact des autres.

 

Est-ce que deux couches de liberty suffisent ?

=> Je ne peux pas répondre à cette question, il faudrait voir s'ils ont passé les tests DGA/IFTH.

 

Est-ce que je peux coller des stickers dessus ?

=> Si les stickers sont tout petits pourquoi pas, mais si votre stickers est moyen ou gros ça va être très embêtant car il va boucher le tissu et peut-être même vous empêcher de respirer correctement dans votre masque, sans compter que vous risquez de respirer la colle de votre stickers...

 

Est-ce qu'il faut deux couches de tissu ou trois ?

=> Cela dépend de vos tissus c'est difficile à dire... C'est sûr qu'il faut au moins deux couches, car la couche interne doit pouvoir absorber les particules de salive de votre respiration et vos postillons sans pour autant mouiller le tissu extérieur. Mais si votre tissu est très aéré ou trop fin trois couches seront préférables, mais encore une fois pour un masque qui doit être vraiment efficace, il vaut mieux prendre un masque ou des tissus qui ont été testés par la DGA ainsi vous saurez exactement leur taux de filtration.

 

Barrettes pour le nez :

 

Faut-il une barrette en métal pour le nez ?

=> Si vous ne mettez pas de barrette à votre masque il ne servira que pour protéger les autres de vos postillons, donc pourquoi pas mais il faut bien savoir que s'il y a des fuites d'air dans votre masque, l'air extérieur rentre et l'air intérieur de votre masque sort, sans être filtrés par le tissu. Donc pour être efficace votre masque doit être au contact de votre peau sur tout son contour.

 

Est-ce que la barrette va résister aux lavages ?

=> Cela dépend du type de barrette que vous allez mettre, mais c'est comme les élastiques, ça va faire son temps et puis voilà... Après le temps que la rouille attaque complètement votre métal, vous aurez porté votre masque de longs mois voire quelques années !

 

Quel doit être la taille de la barrette métallique ?

=> Il faut que la barrette soit bien plaquée sur le nez et sous les yeux. Pour cela, il faut se placer à environ 2 cm sous vos yeux et mesurer la distance entre le milieu de vos deux yeux, en passant par le nez et en plaquant bien le mètre de couturière sur la peau alors vous aurez votre mesure.

 

Comment éviter que la barrette ne déchire le tissu ?

=> On peut facilement faire une boucle avec les extrémités vers le milieu de la barrette.

 

 

Entretien :

 

Puis-je laver mon masque dans une casserole à 90°C ?

=> Bien sûr ! 90°C détruit toutes les bactéries et les virus, par contre les élastiques n'apprécient pas trop...

 

Le fer à repasser suffit-il pour tuer le virus ?

=> Je pense que oui car on est à une température de plus de 100°C et donc c'est encore mieux que l'eau bouillante mais à condition de mettre la vapeur pour que celle-ci rentre bien dans le tissu et ses différentes couches... Un repassage recto verso est d'ailleurs encore mieux !

 

Un lavage à 40°C est-il suffisant ?

=> Il peut suffire si avant vous avez repassé votre masque pour tuer tous les microbes et virus présents sur les couches de tissus du masque.

 

Les élastiques :

 

Les élastiques vont-il tenir longtemps ?

=> Les élastiques ont une durée de vie limitée, et ils ont du mal à résister à plus de 40°C, donc que ce soit de l'élastique naturel ou synthétique le tissu durera plus longtemps que les élastiques, alors pas de stress ils dureront le temps qu'ils pourront et après il faudra juste les changer et pas jeter le masque !

 

Quel type d'élastiques vous me conseillez ?

=> Bah dans l'absolu il est préférable d'utiliser un élastique naturel et si on n'en a pas, on prend de l'élastique synthétique, de toute façon il n'est pas simple de trouver des élastiques en ce moment.... Pour une version derrière les oreilles: le plus doux possible et très souple, et pour la version derrière la tête: un élastique souple suffit, voire un peu plus large 6/7mm sont ok.

 

Les élastiques tiennent-ils la température de 60°C et 90°C ?

=> Ils vont résister à quelques lavages mais ils ne sont pas faits pour cela donc il ne faut pas s'attendre à ce qu'il résistent pendant plusieurs mois....

 

Quel est le mieux, les élastiques derrière la tête ou derrière les oreilles ?

=> C'est vraiment une affaire de goût, moi j'aime bien derrière la tête mais par contre ça décoiffe un peu, après derrière les oreilles ça peut faire mal à la longue, il faut alors mettre une petite patte boutonnée pour les tenir.

Qu'est-ce qu'une patte boutonnée ?

=> C'est un petit rectangle de tissu avec deux boutons aux extrémités qui permettent d'attacher les élastiques qui normalement sont derrière les oreilles, ainsi ces derniers ne font pas mal et on ajuste au mieux le masque sur la peau.

 

 

Une fois sur le nez :

 

Quand est-ce que je sais que je dois changer mon masque ?

=> Si votre masque est mouillé (sur la partie intérieur ou sur l'extérieur), ou si vous avez dépassé 3h voire 4h grand max, il faut changer de masque.

 

Si mon masque glisse, je le change ou je le repositionne ?

=> Bah si vous pouvez le repositionner en ne touchant que les élastiques c'est très bien, mais si vous toucher le tissu en lui-même il est préférable de le changer surtout si vous avez affaire à des gens de façon rapprochée.

 

Efficacité :

 

Est-ce vraiment efficace ?

=> Tout dépend de l'objectif que vous avez ! Et l'usage que vous faites de votre masque ! Si vous respecter les consignes de ne pas toucher le masque lorsqu'il est porté et que vous portez le masque adapté à l'usage que vous en faites, il sera efficace !

 

Si le créateur du masque me dit qu'il filtre à 87% puis-je avoir confiance ?

=> Seul le rapport de la DGA du masque concerné peut attester de ses performances.

 

Est-ce que je peux faire certifier mon masque ?

=> Toute personne fabriquant des masques et étant une entreprise peut faire tester ses masques mais pas les certifier car il n'y a aucune certification pour cela.

 

Quels sont les masques certifiés et homologués UNS1 et UNS2 ?

=> Il n'y a pas de masques certifiés ou homologués, juste des masques testés et donc classés dans la catégorie UNS1 ou UNS2, et dans aucune des deux si ils ne passent pas correctement les tests. Pour avoir ces données, il faut se référer à la liste qui se trouve sur le site du gouvernement, et vous avez toutes les entreprises qui ont fait tester leurs masques ou leurs tissus et les résultats qu'ils ont obtenus ! ICI

 

Types de masques :

 

Quel type de masque dois-je faire pour prendre les transports ?

=> Pour prendre les transports il faut vraiment un masque qui soit bien filtrant donc un masque UNS1, avec une barrette sur le nez. Et le must le FFP3 mais ce sont des masques jetables.

 

 

Les enfants :

 

Mon enfant retourne à l'école, le masque n'est pas obligatoire, dois-je lui faire porter un masque ?

=> S'ils restent dans la même pièce pendant plusieurs heures, et que l'on n'est pas sûr que les fenêtres seront ouvertes durant la durée de leur cours, oui cela me semble utile!

 

Les tissus Hysope :

 

Je souhaite utiliser vos tissus pour faire des masques lesquels dois je prendre ?

=> C'est difficile de vous répondre car je n'ai pas encore reçu les résultats de la DGA, mais le sergé est pas mal doublé avec une popeline ou un tissu plus fin, et l'oxford en deux couches peut être bien aussi. J'ai fait des versions avec 3 couches de double gaze, mais tout cela est uniquement pour des masques qui vont servir à aller faire ses courses pas pour être en contact avec des malades ou pour prendre les transports...

 

Le logo :

 

Est-ce que je peux utiliser le logo du gouvernement ?

=> N'importe qui peut télécharger ce logo, donc n'importe qui peut l'utiliser, mais il est préférable de l'utiliser uniquement si vos masques ont été testés.

 

Est-ce que si j'achète un masque avec le logo j'ai des garanties sur la qualité du masque ?

=> Aucune car comme dit précédemment tout le monde peut le récupérer, mais si vous avez accès au rapport de la DGA, vous aurez des garanties !

 

Autres :

 

Dans quelle poubelle je jette mes masques ?

=> Le tissus bio au compost, les élastiques en caoutchouc naturel au compost, et le reste (coton classique, tissus et élastiques synthétiques, viscoses etc...) au "tout venant" !

 

Est-ce que je peux être attaquée juridiquement si je fais des masques ?

=> Si vous spécifiez que ce sont des masques barrières non testés DGA, qui sont fait uniquement pour faire les courses je ne vois pas où est le problème, il faut être honnête c'est mieux ! Et puis pour répondre plus clairement à cette question il faut se renseigner auprès d'un avocat ou d'un juriste.

 

 

A bientôt,

Christelle

 

Cet article n'engage que moi, toutes mes réponses sont issues de mon expérience dans les tests, dans les tissus et de toutes mes lectures.

Sources:

https://www.afnor.org/actualites/coronavirus-telechargez-le-modele-de-masque-barriere/

https://www.afnor.org/actualites/masques-de-protection-normalisateurs-initiatives-face-au-coronavirus/

https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection

Et les résultats des tests qui sont publiés et édités quasiment tous les jours:

https://www.entreprises.gouv.fr/files/files/home/Masques_alternatifs.pdf

 

 

 

 

Les masques, les normes comment s'y retrouver?

06/05/2020

Les masques, les normes comment s'y retrouver?

On entend beaucoup de choses sur les masques...

 

Nous sommes nombreux à confectionner des masques, comme on peut avec ce que l’on a sous la main… On nous a demandé d’en faire, certains ont mis en place la logistique pour que nous en fassions… Et maintenant on entend des critiques sur les masques des couturières ...

 

Alors oui, c’est vrai, on ne sait pas si tel ou tel tissu est efficace, si cette forme-ci ou cette forme-là va convenir, les élastiques vont-ils tenir les lavages à 60°C etc.…

Beaucoup de questions et finalement pas beaucoup de réponses…

Je vais tacher de vous éclairer sur certaines petites choses….

 

 

Je n'ai pas fait de masque à vendre, pourtant on me l'a demandé des dizaines de fois…. Si je fais quelque chose je veux savoir ce que je fais et je le fais du mieux que je peux, et tant que je ne sais pas ce que valent mes tissus au niveau filtration, je m'abstiens.… J’ai envoyé deux complexes de tissus à tester à la DGA (Direction Générale des Armées) (ils ont diminué le nombre de tests maintenant c’est deux par entreprise), je vous mettrai sur le site leurs rapports lorsque je les recevrai, et là franchement je n’ai pas du tout de date ...

 

Je ne raconte pas trop ma vie sur les réseaux, mais aujourd’hui fait exception....

 

Dans mon "ancienne vie", je travaillais dans des laboratoires de tests pour différentes sociétés, j’ai majoritairement été consultante pour plusieurs grosses entreprises comme SAGEM (SAFRAN), PSA (Peugeot Citroën), Johnson Controls...

Mon job consistait à mettre en place des campagnes de tests afin de vérifier si un produit répondait au cahier des charges, demandé par le client.

Qu'est-ce que cela veut dire? J'organisais des dizaines d'essais différents pour valider un téléphone portable, une centrale inertielle, tester la résistance des matériaux... Bref mon rôle était de lire les normes auxquelles les produits devaient répondre et de faire en sorte que l'on vérifie s'ils y répondaient totalement, partiellement, ou pas du tout, en organisant ce que l’on appelle une campagne de qualification.

Alors des normes j'en ai lu, traduites, retranscrites pour les techniciens qui réalisaient les essais, j’en ai avalé, rêvé, bref mon job commençait par déchiffrer ces normes…



Une norme c’est quoi ?

 

=> c'est un document étudié, réétudié plusieurs fois, par plusieurs personnes provenant de domaines différents, mais avec une grosse expérience dans le domaine étudié. Ces experts font en sorte que le document réponde à toutes les questions que l'on peut se poser concernant un produit, la façon dont il doit être construit, testés, à quelle température, à quelle pression atmosphérique, dans quelles conditions, le nombre de produits testés, comment on colle deux matériaux, comment on teste leur résistance aux éléments, ce qu'il doit y avoir dans un produit ou un autre pour ne pas être toxique etc..…

 

Ce sont des documents très très détaillés, il suffit donc de les lire ! Mais on peut facilement y passer des dizaines heures...

 

=> Par exemple, pour un téléphone portable : il doit avoir une durée de vie minimum, et donc des experts ont étudié qu'en fatiguant le téléphone de façon extrême (avec de grosses variations de températures -30°C à +50°C à la limite du choc thermique bien souvent) sur un temps d’environ une semaine, on était équivalent à la fatigue globale du produit tout au long de sa vie. Étonnant, mais très fiable, et je peux vous dire que résister plusieurs jours à de tels cycles de températures est très rude...

 


Mine de rien, c'est plutôt complexe... Une norme est donc une description complète des essais à suivre, des conditions de confection des matières, même bien souvent des outils à mettre en place pour tester les matériaux, une norme est LA référence et elle doit donc être à la hauteur de la demande !



La "norme" AFNOR

 

Lorsque j'entends aux infos, le masque XXX respecte la "norme AFNOR", "c'est un masque barrière certifié" ou une pharmacienne disant que les masques barrières qu’elle va recevoir respectent LES normes AFNOR etc... mais de quoi parlent-ils, mais que racontent-il ?

 

=> Il n’y a pas de norme AFNOR pour les masques barrières !!!!! Étonné ? Et pourtant c’est vrai !

L'AFNOR a sorti une spec. (=> une spécification), dans le jargon des normes il y a Norme et Spécification.... Une norme est bien plus détaillée qu'une spec.... c’est la spécification intitulée SPEC-S76-001 qui a été créée pour les masques barrières.

=> Donc il y a une spec. AFNOR mais pas de norme AFNOR et c'est bien différent ! Car en gros l'AFNOR se s'engage pas!

 

 

Personne n’est allé voir cette spec. ? Personne ne l’a lue ? Elle a été téléchargée 100 000 fois donc des gens ont dû la lire quand même ?

Et dans le même registre, il n'y a pas de certification ! C'est écrit dans les rapports d'essais de la DGA !

 

 

Dans cette spec. on nous parle par exemple de popeline 120 fils, j'ai eu je ne sais combien de gens qui m'ont demandé des popelines 120 fils, mais de quel grammage ? Avec un fil de quelle taille ? Parce que le nombre de fils ok c’est bien, mais il faut spécifier au moins le grammage par m², le calibre du fil, bref quelques petites choses essentielles au tissage d’un tissu… Parce qu’il faut être clair une popeline 120 fils A et une autre popeline 120 fils B ne donneront pas du tout les mêmes résultats pour la confection d’un masque.

Cette spec manque clairement de précision….

Les masques

 

Alors dans cette spec on nous parle du type de masque, ok tout le monde l’aura compris pas de couture verticale, et donc on nous donne un tuto, avec des petites photos… En gros un tuto comme il y en a plein sur le net…

 

Tuto de la spec Afnor pour les masques barrières

Et puis ce que j’ai trouvé magnifique aussi ce sont les consignes de mise en place… le monde médical dit qu’il ne faut pas toucher le masque pour ne pas contaminer le tissu…. Je vous laisse voir les images ci-dessous avec des affiches qui expliquent comment positionner le masque…

 

 

J’avoue que je ne comprends pas bien….

 

Les matières et leur résistance :

 

Alors là aussi, c’est magique, on nous propose plusieurs matières complètement imprécises, mais on nous dit quand même de faire attention car elles ne doivent pas nuire à notre santé… Sans donner plus d’informations sur les tissus qui nuisent à la santé…

 

 

Donc ils proposent dans leur tableaux de tests du coton, de la viscose, du synthétique et après débrouillez-vous…. Mais on respire dans ces masques, les fibres de tissus que l’on va respirer durant plusieurs heures vont aller directement dans notre trachée et dans nos poumons…. Du synthétique dans nos poumons… ah bah oui c’est sympa ça ? Le coton traité bah pareil…. Les pesticides et les fongicides dans les poumons huuummmm et les métaux lourds pour les tissus pas chers teints en Chine…. Hummmmm !

Suite aux tableaux avec des matières testées et conseillées (j’imagine), puisqu’elles apparaissent dans la spec, on nous dit que, bien sûr ils ne préconisent rien, il faut se référer aux fournisseurs de tissus… Ggrrrrr ! Vous pensez vraiment qu’un vendeur de tissus va vous dire que ses tissus sont mauvais pour votre santé ? Vous pensez que les marchands de tissus savent ce qu’il y a dans leurs tissus, d’où ils viennent ? Souvent lorsque je pose la question ils ne savent déjà pas l'origine de leurs produits, alors pour ce qui est de leur composition… Heureusement tous les vendeurs d’étoffes ne sont pas comme cela et certains savent exactement de quel pays viennent leurs tissus et ce qu’il y a dedans… Au final l'AFNOR déporte la responsabilité sur les vendeurs de tissus au lien de s'engager sur des références précises...

 

Il est évident que je vais vous dire que pour minimiser les risques il faut faire des masques en tissus bio car au moins vous avez la garantie de ne pas respirer de cochonneries… Le tissu bio résiste aux lavages à 90 °C. Cela va abîmer un peu son aspect dans le temps mais il résiste ! On teint le tissus bio avec des teintures naturelles et croyez-moi les températures montent très haut, bien au-delà de 60°C.

 

Après vous allez me dire : "mais les masques lavables ne sont lavables et utilisables que 5 à 10 fois !!!!"

=> Alors l’explication est simple, vous êtes un chef d’entreprise avec des masques que vous fabriquez, vous faites tester vos masques par la DGA qui vous propose deux tests gratuits (oui c’est limité…) et on vous explique que si vous voulez que cela soit gratuit, les tests sont réalisés pour 5 et 10 lavages à 60°C… Bah vous êtes contents, vous avez vos tests, mais si jamais vous voulez les tester plus longuement, il faut ajouter plus d’argent. Pour moi, faire le test après 50 lavages aurait été idéal mais lorsque j’ai vu que je devais payer environ 2000 euros pour cela...(voir les tarifs de l’IFTH)… ah bah… euh… joker…

 

Que fait le chef d’entreprise ? Bah logiquement dans cette période ou peu d’argent rentre, il ne va pas faire de test supplémentaire avant de vendre une partie de ses masques, donc il vous garanti les masques pour 5 à 10 lavages… et il a raison, il ne peut rien vous garantir de plus car les tests ne sont pas allés plus loin !

 

C’est pour cela que l’on vous donne cette directive, alors oui, dans le lot, il y aura peut être des masques qui ne tiendront pas plus de 10 lavages, ok, cela veut dire qu’au bout de 10 lavages ils ne seront plus aussi filtrants ou trop filtrants … Mais chacun peut voir lorsqu’une fibre s’abîme : elle bouloche, elle peluche, elle devient plus souple, elle change d’aspect, elle devient plus lâche ou plus serrée, bref pas besoin de test pour comprendre que le masque perd des propriétés essentielles à sa fonction de départ… Si vous avez un masque dans lequel vous respirez mal c’est qu’il y a un problème, inversement si vous respirer de mieux en mieux, aussi ! Surtout que les fibres lavées à 60°C et plus peuvent se resserrer un peu donc il faut faire attention à vos sensations… c’est le plus important.

 

Et puis cette histoire de lavage à 60°C… C'est écolo ça tiens… On va faire une machine à 60°C pour 4 masques par famille, ou pour 8, allez soyons fou...

Il y a des choses bien plus simples à faire, il suffit de repasser votre masque à forte température (coton/lin) et durant plusieurs minutes et vous aurez tué les bactéries présentes…. Et si vraiment vous avez peur, juste avant de les repasser vous pouvez les tremper dans de l’eau bouillante durant quelques minutes.

De toute façon les élastiques naturels ou synthétiques ne sont pas fait pour résister à 60°C ils vont résister 5 lavages, peut-être 10, mais plus, probablement pas…

Si votre masque est en 100 % coton, en lin ou en chanvre il résistera au fer et à ses fortes températures mais si vous utilisez de la viscose, ou pire du synthétique (pour le tissu ou pour les coutures) cela risque de vite s’abîmer et même de fondre….

 

 

Les tests DGA et IFTH :


 

La DGA et l’IFTH (Institut français du textile …) proposent donc aux entreprises de faire deux tests sur leurs prototypes de masques ou sur un complexe de tissus (une superposition de tissus), pour vérifier si ils répondent à la filtration des particules inférieures à 3µm, aaaaahhhhhh ça y est il y a des choses sérieuses! On n'est pas encore sur une norme mais ces tests vont nous permettre de voir ce qu'il en est! Et c'est grâce à cela que l’on parle de pourcentages de filtrations. Regardez l'image ci-dessous !

 

 

Ce tableau est issu du rapport de tests par la DGA de l'un de mes fournisseurs pour les masques qu'il fabrique. Il y a donc deux tests essentiels qui vont nous intéresser, celui qui caractérise la perméabilité à l'air (si on peut respirer à travers le tissu) et le test de protection aux aérosols, qui détermine le pourcentage de particules qui arrivent à passer à travers le tissu (le moins possible évidemment!).

 

Les tests qui sont réalisés permettent de démontrer si un masque est performant ou pas, s'ils sont à 98 % de filtration de particules, ou plus, ou moins! Et ce n’est pas rien, en gros c’est le seul et unique moyen de vérifier si notre système ou si notre masque est fiable ou pas !

 

Alors si vous voulez acheter un masque fiable, demandez les tests DGA qui ont été effectués sur les prototypes. Vous aurez des informations  et non des paroles.

 

Si vous allez faire des courses chez les commerçants du coin, vous n’avez pas besoin d’un masque de très grande filtration, l’objectif de votre masque sera d’éviter la contamination main bouche et que vous ne postillonniez pas sur les objets ou les gens autour de vous. Pour moi pas besoin d’acheter un masque pour cette utilité, celui que vous ferez à la maison sera bien suffisant, rassurez-vous !

 

En revanche, si vous êtes en contact avec des gens toute la journée, que vous prenez les transports ou si c’est pour votre enfant qui va être en contact rapproché avec ses camarades, eh bien là c’est différent car les contacts vont être nombreux et durant un long moment…

Personnellement j’opterais pour un masque qui a passé les tests DGA avec plus de 95 % de filtration pour les particules de 1µm et évidemment plus de 95 % des particules de 3µm. Il y a deux classifications UNS1 et UNS2 mais en réalité il est préférable de lire le rapport et de voir quel est le pourcentage de filtration exacte et pas une fourchette « entre 70 % et 90% » car cela n’a pas de sens… c’est très différent 70 % et 90 % !

Quand je vois que certains vendeurs proposent des masques et laissent supposer qu'ils ont été testés par la DGA, en vous garantissant 70 % de filtration pour des particules de 3µm, quel est le pourcentage de filtration pour les particules plus fines ? 50 % ? 40 % ? 0 % ? Et puis quand on leur demande le rapport il n’y a plus personne… Je viens d’en faire l’expérience avec un fournisseur de l’école de mes enfants. Mais sans un rapport de la DGA, comment peut-on savoir vraiment ce que valent ces masques ? Pour la sécurité de nos enfants ou de nos proches les paroles ne suffisent pas...

Concrètement, que représente 70 % ? 30 % de particules qui passent, donc si on vous souffle 10 fois sur le nez, il y a 3 fois où vous pouvez potentiellement être contaminé par des particules qui passent à travers les tissus… C'est un raccourci, certes, mais cela pose question !

 

C’est pareil cette histoire de logo, ce n’est pas une référence, la semaine dernière tout le monde pouvait les télécharger, même moi qui n'ai pas encore eu les résultats de mes tests...

 

 

Franchement :

- Soit vous avez juste besoin de ne pas vous toucher le nez, et de ne pas postillonner sur les autres et un masque maison sans rapport DGA est suffisant .

- Soit vous avez besoin de plus et alors là un UNS1 est le bienvenu, si possible en tissu bio, les élastiques bon bah ils auront leur durée de vie…Mais au moins vous respirerez des fibres naturelles non toxiques et vous serez sûrs de ne pas absorber des particules fines de virus, au moins autant qu’un masque chirurgical puisque son taux de filtration est supérieur à 95 % pour une catégorie I et de 98 % pour les catégories II et IIR. => Oui dans les masques chirurgicaux il y a aussi des classifications.

 


Les couturières et les prix

 

Et les couturières….…. Bien-sûr nous avons toutes et tous eu la même réaction lorsque nous avons su que nous n’allions pas pouvoir avoir de masque….

On va en faire !

On en a fait, les professionnels en ont fait, les amateurs en ont fait, les femmes au foyer, des enfants même !

Donc nous sommes nombreux à en avoir fait, sans savoir si c’était bien ou mal mais en se disant que c’était mieux que rien… et c’est vrai !

Nous avons fait le choix du bénévolat, pour la famille, les enfants, les amis, les commerçants, et puis sont venues les premières demandes externes, la pharmacienne, le médecin, l’ambulancier etc... Donc on a utilisé nos tissus et nos élastiques, mais le stock a diminué et finalement on nous en demande toujours plus…

J’ai été contactée par des entreprises qui voulaient 200 masques lavables en tissus fait maison à 2,5 euros pièce…. Euh bah…. Non….

Je veux bien faire du bénévolat car c’est une crise sanitaire, mais utiliser ma machine à coudre familiale à des fins industrielles…

Bah non…

Si je casse ma machine, à 2,5 euros/pièce vous pensez que j’ai de quoi la réparer ?

Ce bénévolat est juste une façon de combler le manque de gestion de la crise, tout travail mérite salaire, être une couturière ou un couturier c’est un métier qui doit être payé à sa juste valeur.

Un masque fait maison demande 10 à 20 minutes de fabrication suivant sa complexité, puis le prix du tissu et des élastiques, et là on ne parle pas de la marge et de l’usure des machines qui doivent être compris dans le prix…

Lorsque je vois un masque en tissus fait maison avec soin et avec un tissu naturel, je suis prête à mettre le prix car je sais qu’il va durer bien plus que 10 fois comme on l’entend dire partout…

 

Par contre, si je vois un masque fait en synthétique dans une usine, je ne mettrai pas le même prix, parce que le synthétique fixe davantage les bactéries et a du mal à résister aux fortes températures, il sera donc moins viable dans le temps.

Et maintenant, des gens tapent sur les masques faits maison…

C’est fatiguant tout cela…

De toute façon quelques soient les tissus ou la forme c’est mieux que rien, au moins vous ne postillonnerez pas sur votre entourage et ça c’est essentiel aujourd’hui !

 

Il y a quelques jours on apprend que les grandes enseignes de supermarché ont sorti des masques par millions en une semaine pour nous les vendre…

Ils ont fait tellement de bénéfices durant le confinement que je trouve qu’ils devraient les donner...

Ok je sors...

L’État aurait du sous-traiter l’achat des masques aux grandes surfaces… Car si vraiment ils les ont eu en une semaine, ils font un sourcing de malade !

Quand on avait besoin de masques et que l’État demandait aux entreprises de donner les leurs aux hôpitaux, les grandes enseignent étaient où avec leurs centaines de millions de masques en une semaine ?

Personnellement je n’achèterai pas de masque en supermarché, j’ai fait des masques pour mon entourage pour faire les courses avec du tissu bio pour leur sécurité, je les repasse au programme coton/lin. Et pour les enfants, en attendant les résultats de la DGA pour mes tissus, je leur mets du tissu bio sur le nez !



Et la nature là dedans ?


 

L’État nous a demandé de nous faire des masques et maintenant de remettre les enfants à l’école pour relancer l’économie parce que c’est important l’économie… Oui c’est vrai, mais la santé de nos enfants on la place à quel niveau par rapport à l’économie ?

C’est vrai que le débat est compliqué et qu’il n’est pas évident de prendre des décisions, mais cessons les mensonges... Ils n’auraient pas dû nous mentir, ils auraient du nous dire dès le début qu’il n’y avait pas assez de masques et que l’on allait devoir se débrouiller par nous-même et ce, bien avant le confinement, on aurait pu gagner du temps en s’organisant en amont, je parle surtout pour les stocks de tissus, de fils et d’élastiques…

 

Et puis on n’est pas en guerre, loin de là, on doit se battre c’est sûr mais pas de la même façon…

Je pense que la nature nous envoi un signal d’alerte, un avertissement pour nous prévenir, et nous devons l’entendre, la survie de notre espèce en dépend, la survie de nos enfants et petits-enfants… Car la crise écologique est toujours là, présente, elle s’amplifie chaque jour, chaque semaine autour de nous...

Hélas, on ne peut pas s’en protéger avec un masque…

 

 

Alors au-delà de cette crise sanitaire qui est pour moi un signe, modifions nos habitudes et allons vers une vie plus simple et plus naturelle, avec une consommation plus raisonnée… Avec des produits locaux et moins transformés, avec des choses plus saines et en quantité inférieure….

 

Merci d’être arrivé au bout de cette lecture, et désolée pour ce pavé, mais j’en avais assez d’entendre des gens dirent n’importe quoi… Il fallait que je vous dise ce que l’on ne dit pas assez… Car l’information est essentielle surtout lorsque l’on doit faire des choix pour sa famille ou ses amis.

Pour celles et ceux qui sont arrivés là, je vous informe que j’ai approvisionné quelques centaines de mètres d’élastiques non bio pour mes clients (oui je sais... mais j'aurais bientot des élastiques bio à vous proposer !), je n’en ai pas parlé nulle part, ainsi j’espère qu’ils ne partiront pas trop vite et qu’il y en aura un peu pour tout le monde...

 

Si vous avez des questions, j’y réponds par mail ou par Instagram !

 

A bientôt,

 

Christelle

 

 

Sources:

https://www.afnor.org/actualites/coronavirus-telechargez-le-modele-de-masque-barriere/

https://www.afnor.org/actualites/masques-de-protection-normalisateurs-initiatives-face-au-coronavirus/

https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection

Et les résultats des tests qui sont publiés et édités quasiment tous les jours:

https://www.entreprises.gouv.fr/files/files/home/Masques_alternatifs.pdf

 

 

Covid, arrêt des expéditions, le site reste ouvert? et la #fashionrevolutionweek

01/04/2020

Covid, arrêt des expéditions, le site reste ouvert? et la #fashionrevolutionweek

 

  •  Le covid...

 

 

 

Aujourd'hui, dans cette période compliquée, il y a des gens qui tous les jours, ou presque, mettent leur vie en danger pour nous soigner, ou répondre à nos besoins quotidiens, dans le seul objectif, que nous ayons une vie complètement "normale" malgré le confinement.

Je pense aux soignants, médecins, infirmiers, aides-soignants, ambulanciers, mais aussi aux policiers et gendarmes, aux livreurs, aux caissier(e)s, aux responsables de magasins d'alimentation, aux éboueurs, aux postiers et à ceux qui trient le courrier, à tous ceux qui travaillent dans les services à la personne ou dans le commerce et qui doivent travailler pour faire les colis des commandes pendant le confinement.

 

Bref tous ces gens se battent volontairement ou pas, tous les jours ils ont obligés d'affronter l'extérieur et potentiellement le virus...

Alors pour aider tous ces gens, à ne pas être infectés et ne pas créer de risques supplémentaires, j'ai décidé d’éviter le plus possible les livraisons. Si vous avez une urgence nous procéderons à la livraison sans souci, mais si nous pouvons éviter et attendre un peu alors soyons sages et patients et attendons... Cette décision prise à la fin de la première semaine de confinement a été compliqué pour Hysope mais il fallait la prendre, j'espère que vous me comprendrez ...

 

  • Vidons nos stocks de tissus! Mais au cas où le site reste ouvert!

 

Je suis sure que vous êtes comme moi et que vous avez stocké quelques coupons de tissus depuis des mois ou même des années et donc en confinement, on peut prendre le temps de les "liquider", et c'est ce que je fais!

Alors c'est vrai, le site va rester ouvert et si vous faites des commandes pendant le confinement, cela permettra à Hysope de garder le cap et de continuer à payer les charges. Mais vous avez le choix d'être livré avant la fin du confinement car c'est une urgence ou d'être livré à la fin du confinement, c'est vous qui décidez!

Cela fait tout juste un an que notre société existe, elle reste encore fragile et cette crise complique sérieusement les choses.

Je ne me plains pas du tout car j'ai beaucoup de chance, j'ai un toit sur la tête, ma famille va bien et nous mangeons à notre faim, j'accepte cette crise telle qu'elle est... Mais pour Hysope c'est quand même un coup dur...

Après, c'est le cas pour beaucoup, c'est pour cela que je ne veux pas en rajouter, c'est une crise qui va sans doute avoir des conséquences sur notre vie durant de nombreux mois, mais ce n'est qu'une crise, nous allons nous relever de tout cela et on aura appris beaucoup de choses....

Pour la plupart d'entre nous, c'est un confinement confortable, ce n'est pas comme dans d'autres pays ou le covid est le dernier de leurs soucis car l'essentiel de leur journée est de savoir ce qu'il vont manger et si ils vont pouvoir manger car leur survie ne dépend finalement que de cela et pas du tout du covid...

 

sans transition...

 

  • Et maintenant on fait quoi pour le 11mai?

 

Suite aux annonces du gouvernement, le 11 mai devrait voir ouvrir de nombreux magasins, boutiques, sites donc il ne reste plus beaucoup de temps à attendre, enfin si cette annonce se confirme, évidemment...

Et après avoir discuté longuement avec le directeur de la poste avec qui je travaille, il m'assure que toutes les précautions nécessaires sont prises à leur niveau afin d'éviter tout risque de contamination, et qu'ils reprennent une activité quasi normale avec des délais légèrement plus long mais rien de grave non plus, alors on refait le point en fin de semaine tous les deux, et si les choses continuent à ce rythme je vais pouvoir recommencer les envois mais je laisserai quand même le choix aux gens de décider si ils veulent un envoi après le confinement, car il ne faudrait pas que tout le monde se lâche et que l'on sature la poste....

Mondial relay nous a annoncé aussi qu'ils allaient reprendre les livraisons à partir de cette date, et que les colis en attente allaient être traités afin d'être remis dans le circuit rapidement.

 

  • #fashionrevolutionweek

 

 

c'est la semaine de la fashion #revolutionweek, c'est une semaine ou l'on parle beaucoup de la fabrication des tissus et vetements et de l'impact de tout cela sur nos vies mais surtout sur la nature et ceux qui travaillent dans ce secteur...

Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez à quel point je suis pour le respect des gens, de leur travail et de la nature.

Alors cette année, je ne vais pas vous faire de longs discours sur le Rana Plaza et son effondrement il y a quelques années, sur les esclaves qui ramassent le coton en Ouzbekistan, ou sur les enfants qui fabriquent nos vêtements et qui n'ont plus ni travail, ni nourriture, en ces temps de covid, sur l'impact des tissus synthétiques sur l'environnement ou sur les océans remplis de fibres de vêtements....

Parce qu'avec cette pandémie et tout ce qu'il se passe à cause d'elle, je manque d’énergie pour être de tous les combats... Mes seuls combats aujourd’hui sont de garder ma famille en bonne santé, et de maintenir  la tête de ma société hors de l'eau...

Donc je pourrais vous parler des cotons bio qui sont beaucoup mieux que les multi coton à 12 euros le mètre, que les viscoses, que les tencels  et que toutes les autres matières pseudo éthiques ou pire je pourrais aussi vous parler des synthétiques....

Mais là, en plus, je trouve que c'est indécent, et c'est tout à fait personnel, mais pour moi ce n'est pas le moment, je ne peux pas faire comme si de rien était alors que la plupart de mes commandes de tissus sont destinés à faire des masques.... et que je cherche une solution pour aider les gens autour de chez moi, qui ne savent pas coudre et qui me demandent des masques tous les jours....

Des gens se battent encore plus que d’habitude pour survivre et à cause de la fast-fashion et des ses dérives et puis il y aurait tellement de choses à dire... Je suis désolée mais ce sera pour une autre fois.... Aujourd'hui je ne serai pas de ce combat là...

 

 

 

Je reste disponible, si vous souhaitez me parler, ou me demander des renseignements, surtout n'hésitez pas!

Prenez soin de vous et des vôtres,

Christelle